Le gaz en Méditerranée Orientale et ses enjeux géopolitiques

09/01/2018

Lieu : Ecole des Mines de Paris en salle V107 (amphi Schlumberger) 60 Bd Saint-Michel - 75006 Paris

Organisateur : Le Club Professionnel Mines Énergie et l’Association ABC Mines

Le CLAR Économie et Gestion vous propose de participer à une conférence organisée par Le Club Professionnel Mines Énergie et l’Association ABC Mines

Mardi 9 janvier 2018 de 18h30 à 20h00

Ecole des Mines de Paris en salle V107 (amphi Schlumberger)
60 Bd Saint-Michel - 75006 Paris


Les scénarios de la transition énergétique en Méditerranée, et notamment ceux qui tiennent compte des engagements pris (NDC’s) dans le cadre de la COP 22 par les pays de la région,  font  bien ressortir le rôle de bouclage du gaz dans l’équation énergétique de nombreux pays de la région. Or la géopolitique du gaz a non seulement été transformée au niveau mondial par les évolutions que l’on connaît (et notamment le rôle du GNL au niveau mondial et la révolution des hydrocarbures non conventionnels aux Etats-Unis) mais aussi au plan régional, avec singulièrement les découvertes importantes de gaz en méditerranée orientale, avec les champs de Tamar, Aphrodite, Leviathan et plus récemment de Zhor. Il ne s’agit pas seulement de nouvelles ressources disponibles pour des pays jusque-là très importateurs (Israël, Egypte, Chypre, Liban peut-être, etc.), car la taille de ces découvertes leur donne une importance régionale qui attire beaucoup de convoitises et modifie substantiellement des jeux d’acteurs ;

  • non seulement ceux de la région (Egypte, Turquie pour ne citer que les plus importants),
  • mais aussi de ceux qui sont autour, au premier plan desquels figurent l’Union Européenne, avec ses propres incohérences internes, et la Russie,
  • et, directement ou indirectement, d’autres acteurs majeurs chez qui elle ne manque pas de susciter des réactions.

L’expérience acquise à EDISON, certes petit opérateur dans le monde gazier, mais le seul européen ayant eu des licences d’exploration en Israël et en Egypte, contribuera à illustrer sur ce sujet particulier du Gaz en Méditerranéen Orientale que la Méditerranée a plus que jamais besoin d’être un espace de coopérations renforcées et innovantes -  sauf à être, sur ce sujet aussi, un lieu de confrontation ou d’opportunités perdues - pour éviter que ce berceau du développement de nos civilisations ne soit réduit à une ligne de fracture entre elles.

Conférencier :

Bruno Lescœur, soixante-quatre ans, ancien élève de l'Ecole polytechnique, diplômé de l'Ensae et de l'Institut d'études politiques de Paris, a intégré EDF en 1978. En 1993, il a été nommé directeur financier adjoint d'EDF, puis en 1998, président-directeur général de London Electricity Group et en 2002, directeur de la production, de l'ingénierie et du trading. Il est devenu directeur général adjoint d'EDF, membre du comité exécutif, en charge de l'international en 2004. Nommé directeur délégué, membre du comité de direction du groupe, responsable de l'Italie et l'Europe du Sud en 2010, il est devenu l'année suivante administrateur-délégué d'Edison Spa dont EDF prend le contrôle en 2012 et en fait la plate-forme gazière du groupe. Il est confirmé en 2013 à la tête d'Edison, directeur gaz du groupe et responsable de l'Italie et l'Europe du Sud, jusqu’en 2016. Il a été président de l’Observatoire Méditerranéen de l’Energie de 2013 à 2017.




 

Retour